LE VOYAGE DE BASHÔ

LE VOYAGE DE BASHÔ

  • Un film de: Richard Dindo
  • Avec:
  • Pitch:

    Un film sur les traces du poète japonais Bashô qui a vécu au 17ème siècle à travers quatre saisons. Il est considéré comme le « père spirituel » de la poésie haïku et est adulé par ses compatriotes presque comme un saint. Ilsera poétique et philosophique, une profonde réflexion sur le Japon, sa culture, ses cérémonies, ses paysages, sur la méditation zen-bouddhiste, sur la fragilité et la fugacité de la vie, sur le retour à soi-même et sur une nature encore préservée de la destruction industrielle.

  • Synopsis:

    C’est un film sur le poète japonais Bashô qui a vécu au 17ème siècle. Il est considéré comme le « père spirituel » de la poésie haïku et est adulé par ses compatriotes presque comme un saint. Bashô a passé les dix dernières années de sa vie en pèlerinage à travers le Japon. Il a écrit pendant tout ce temps un « journal » dans lequel il raconte où il va, qui il rencontre, ce qui lui arrive, et dont la lecture en off traversera comme un fil rouge tout le film. C’est un témoignage rare et un des premiers « Journaux particuliers » dans l’histoire de la littérature. Le fil suit les traces de Bashô à travers les quatre saisons. Un acteur-moine représentera le poète dans notre film en tant que « vieux sage ». On le verra méditer dans des monastères et des pagodes et écrire un peu partout où il se trouve son « Journal » et ses haïkus qu’il lira parfois à haute voix. Il y parle de lui et des gens qu’il rencontre, d’animaux, de fleurs, de rivières, de la mer, de la lune, du soleil, de la pluie et de la neige, du temps qui passe et de la mort qui guette. Par deux fois il est accompagné par des disciples, car Bashô était déjà de son temps connu au Japon comme poète et il avait des admirateurs et des poètes qui le suivaient et dont il était le maître. Ce sera un film poétique et philosophique, une profonde réflexion sur le Japon, sa culture, ses cérémonies, ses paysages, sur la méditation zen-bouddhiste, sur la fragilité et la fugacité de la vie, sur le retour à soi-même et sur une nature encore préservée de la destruction industrielle. Un film serein et contemplatif, avec des images qui reflèteront les phrases du « Journal » de Bashô et les mots de ses haïkus, qui rêvent d’une harmonie ancienne et d’un « paradis perdu ».

  • Pays: Suisse
  • Année de sortie: 2017
  • Langue(s): français
  • Première: janvier 2018

Newsletter